Centre médias

La Tunisie doit agir maintenant pour que le droit à l’éducation soit respecté et pleinement financé, selon le Rapporteur spécial de l’ONU

GENEVE (15 avril 2019) – La Tunisie doit prendre des mesures urgentes pour garantir le respect du droit à l’éducation pour tous les citoyens, selon un expert des droits humains de l’ONU.

 «Le contexte de transition démocratique exige l’élaboration d’une loi sur l’éducation fondée sur les valeurs fondamentales de la société Tunisienne, avec un financement adéquat », a déclaré vendredi la Rapporteuse spéciale des Nations Unies sur le droit à l’éducation, Koumbou Boly Barry, à la suite de sa visite officielle dans le pays.

«Il faut que les ressources financières soient suffisantes et décentralisées et que les Tunisiens et Tunisiennes construisent avec  leurs leaders une cohésion sociale au niveau de toute la nation à travers des espaces d’expression proposés à cette fin», a-t-elle constaté.

«Ces espaces de dialogue doivent exister à tous les échelons. Les parties prenantes devraient s’engager dans une cogestion et une coopération sincères pour construire une confiance entre les décideurs et la communauté éducative », a ajouté l’experte.

Mme Boly Barry a invité le gouvernement à établir des espaces de dialogue avec toutes les parties prenantes– de la société civile jusqu’aux apprenants afin de proposer un projet de loi sur l’éducation partant des acquis du Livre Blanc sur la réforme de l’éducation datant de 2016.

La Rapporteuse a également remarqué que près de 52% des femmes sont analphabètes en milieu rural. Elle a noté que le décrochage scolaire peut avoir un lien avec l’environnement d’analphabétisme des enfants. 

«Je recommande un programme spécial d’accélération d’alphabétisation des femmes en lien avec la formation professionnelle, ciblé pour les zones rurales. » a-t-elle dit.

L’experte a félicité le gouvernement pour ses efforts visant à mettre en œuvre les recommandations d’un précédent rapport effectué par le Rapporteur spécial sur le droit à l’éducation en 2012, notant que six recommandations sur neuf, soit deux tiers, ont été, ou sont en cours d’être mises en œuvre.

Durant sa visite, la Rapporteuse spéciale a rencontré des représentants du gouvernement et du Parlement ainsi que des dirigeants des institutions compétentes en matière d’éducation.  Elle a pu aussi discuter avec la société civile, la communauté des partenaires au développement et les syndicats dans le secteur de l’éducation. Mme Boly Barry s’est rendu à Tunis et à Kairouan.

FIN

Mme Koumbou Boly Barry (Burkina Faso), a pris ses fonctions en tant que la Rapporteuse spéciale sur le droit à l’éducation le 1er août 2016 suite à sa nomination à la 32e session du Conseil des droits de l’homme. Elle est titulaire d’un doctorat en histoire économique de l’Université Cheikh Anta Diop au Sénégal. Elle est l’ancienne ministre de l’éducation et de l’alphabétisation du Burkina Faso et a consulté des nombreuses gouvernements et institutions internationales sur le droit à l’éducation. Dr. Boly Barry est un défenseur des questions de genre dans l’éducation. Elle possède également de vastes connaissances et expériences en formation et recherche, elle est professeur invitée à l’Université de Nottingham, Royaume-Uni, Université de Louvain La Neuve Belgique, chargée de cours à l’Université de Ouagadougou, Burkina Faso, Université de Vitoria, Brésil et Université de Fribourg, Suisse.

Les Experts indépendants font partie de la division des procédures spéciales du Conseil des droits de l’homme. Les procédures spéciales, l’organe le plus important d’experts indépendants du Système des droits de l’homme de l’ONU, est le terme général appliqué aux mécanismes d’enquête et de suivi indépendants du Conseil qui s’adressent aux situations spécifiques des pays ou aux questions thématiques partout dans le monde. Les experts des procédures spéciales travaillent à titre bénévole; ils ne font pas partie du personnel de l’ONU et ils ne reçoivent pas de salaire pour leur travail. Ils sont indépendants des gouvernements et des organisations et ils exercent leurs fonctions à titre indépendant.for their work. They are independent from any government or organization and serve in their individual capacity.

Page du HCDH sur le pays: Tunisie

Pour davantage d’informations et pour toute demande des médias, veuillez contacter :
En Tunisie (Durant la visite):
Mme.Teizu Guluma (+41 079 764 7374 /
tguluma@ohchr.org)
Mme Samia Kamoun (+216 36 011 680 /
skamoun@ohchr.org )

A Genève: Mylène Bidault (+41 22 917 9935 / mbidault@ohchr.org)

Pour les demandes médias liées à d’autres experts indépendants de l’ONU:

M. Jeremy Laurence – Media Unit (+ 41 22 917 9383 /   jlaurence@ohchr.org )

Taguez et partagez – Twitter: @UNHumanRights and Facebook: unitednationshumanrights