La Tunisie et l’UNICEF au rendez-vous des 20 ans de la Convention des droits de l’enfant…

Img28_crc20 (c)

Tunis, 20 novembre 2009

Pour célébrer les 20 ans de la Convention internationale des droits de l’enfant, la salle a fait le plein d’un public composé de représentants d’institutions gouvernementales, de la société civile, de médias et d’amis des enfants en ce jour du 20 novembre 2009. A noter que les droits de l’enfant ne sont pas uniquement l’affaire des gouvernements ou de l’UNICEF : la présence de la star de la chanson arabe Saber Rebaï venu proposer sa belle voix pour faire entendre celle des enfants, a donné à le constater.

Le bureau de l’UNICEF-Tunis était à la base de cette initiative organisée pour célébrer cet évènement d’exception et lancer le rapport annuel de l’organisation sur la situation des enfants dans le monde, consacré au bilan de vingt années de mise en application de la Convention onusienne des droits de l’enfant.

Dans son discours d’ouverture , prononcé au nom de la Ministre des affaires de la femme, de la famille, de l’enfance et des personnes âgées, Madame Faouzia Chaâbane-Jabeur Directrice générale de l’enfance a dressé un bilan des réalisations de la Tunisie dans le domaine de l’enfance : ratification de la convention, adoption d’un Code de protection de l’enfance, instauration d’un corps de délégués à la protection de l’enfance, institution d’un Conseil supérieur de la jeunesse, de l’enfance, du sport, de l’éducation physique et des loisirs, d’un Observatoire des droits de l’enfant, d’un parlement pour enfants, et autres mesures qui ont permis à la Tunisie d’enregistrer des avancées significatives dans la mise en œuvre des droits de l’enfant notamment dans les domaines de l’éducation, de la santé et en matière de protection.

Pour la Représentante de l’UNICEF, « l’avènement de la convention internationale des droits de l’enfant a transformé dans le monde la façon dont les enfants sont traités. L’adoption de la Convention relative aux droits de l’enfant a apporté un changement radical de perspective, l’enfant n’est plus objet d’assistance, mais sujet de droit. » a-t-elle ajouté. Passant en revue les progrès réalisés depuis l’entrée en vigueur de la convention des droits de l’enfant en 1989, Madame Fornara a souligné les victoires remportées depuis sur les maladies infantiles, l’analphabétisme, la pauvreté et la précarité que connaissent des millions d’enfants. Dans cette perspective, la Tunisie a accordé une place de choix à l’enfant dans sa politique de développement.
Mais en dépit des réussites accomplies à l’échelle mondiale, « il reste encore beaucoup à faire pour combler le gigantesque écart entre les normes juridiques existantes et la réalité vécue tous les jours par un grand nombre d’enfants » a conclu la Représentante de l’UNICEF.

Dans sa présentation sur les droits de l’enfant en Tunisie entre acquis et défis, le Professeur Hatem Kotrane, juriste et membre du Comité des droits de l’enfant des Nations Unies a relevé les performances de la Tunisie reconnues par cet organe tant sur le plan législatif qu’institutionnel et fait part de certaines recommandations émises par le Comité pour « renforcer le rôle et la responsabilité solidaire des parents, combattre toutes les formes de violence à l’égard des enfants, promouvoir les stratégies de traitement et de réinsertion sociale durable des enfants et des jeunes en conflit avec la loi » et propositions comme l’institution d’un « Ombudsman pour les enfants, ou un Défenseur des enfants » déjà mis en place par certains pays européens et autres.

Prenant la parole, la Déléguée générale aux droits de l’enfant, Madame Aida Ghorbal a souligné que le défi est aussi « de coordonner les actions, de dynamiser le devoir de signalement pour briser le silence autour de certains abus et violations de droits de l’enfant. Le développement de toutes ses composantes aboutirait à la mise à niveau du système de protection sociale et judiciaire conformément aux principes et valeurs promus par la convention et le code »

Monsieur Mohamed Belhocine, Coordinateur Résident du Système des Nations Unies en Tunisie a quant à lui renchérit en affirmant que « les traditions et les coutumes peuvent tirer les sociétés vers le bas. Les pays votent des lois pour les tirer vers le haut et inverser les tendances sociales et culturelles, ce qui est résolument le cas de la Tunisie». Il a ajouté que la coordination consisteà « mettre en cohérence des individus et des actions. La valeur ajoutée du Système des Nations Unies est cette capacité de mobiliser des synergies et des groupes aux objectifs convergents ».

Le mot de la fin a été pour Saber Rebaï qui a affirmé que « les droits de l’enfant sont l’affaire de tous ». Chacun dans son domaine a « un rôle à jouer» pour faire avancer les choses. Dans cette perspective, le célèbre chanteur a affirmé sa solidarité, en tant que père avant tout, avec ceux qui luttent pour un monde meilleur pour les enfants. Il s’est engagé à mettre en 2010 son talent au service de ce qu’il a appelé « un devoir sacré ».

Rappelons que Saber Rebai a contribué avec d’autres célébrités de la chanson et du cinéma arabes à la réalisation d’un spot dédié à la promotion et au respect des droits de l’enfant.

Allocution de Maria Luisa Fornara, Représentante de l’UNICEF en Tunisie, A l’occasion de la célébration du 20ème anniversaire de la Convention relative aux Droits de l’Enfant