La Tunisie contribue aux efforts de l’UNICEF pour un retour à la normale des élèves dans les territoires occupés de Palestine

Début Septembre 2004, 1,2 million d’élèves de Cisjordanie et de Gaza ont repris la route de l’école après les congés d’été.

L’UNICEF est fier de collaborer avec le Ministère de l’Education et de l’Enseignement Supérieur pour accueillir ces élèves dans les écoles et garantir ainsi le droit de chaque enfant à une éducation de qualité.

Certes, l’enthousiasme des élèves et des enseignants est grand en ce début d’année scolaire mais les défis demeurent considérables : classes surchargées, accès rendus souvent difficiles par les points de contrôle militaires et les couvre-feux, baisse de la qualité de l’enseignement, démotivation. L’UNICEF estime que, lors de l’année scolaire précédente, ce sont plus de 200.000 enfants qui n’ont pas pu bénéficier d’un enseignement primaire.

La contribution de l’UNICEF consiste à fournir des équipements (des écoles en kit par exemple, offrant dans une cantine de métal tout l’équipement nécessaire pour reprendre une activité éducative interrompue par l’urgence), des aménagements pour les aires de jeux et de sports, de la formation continue pour les enseignants et les gestionnaires de l’éducation ainsi que des fonds pour la rénovation des écoles (68 en 2004).

En Tunisie, l’association « les Enfants d’abord » a organisé un déjeuner et une soirée gala dont les bénéfices sont destinés à un projet original développé par l’UNICEF dans les territoires occupés de Palestine. La contribution à cette action de S.E. Monsieur le Président Ben Ali et de son épouse a permis d’atteindre la somme de 80 000 dinars. Lors d’une cérémonie tenue hier matin dans les locaux de l’organisation onusienne à Tunis, un chèque de ce montant a été remis par Madame Nadia Najar, Présidente de l’Association, au Représentant de l’UNICEF en Tunisie, Monsieur Jean-Michel Delmotte. Celui-ci a chaleureusement remercié l’association caritative « les Enfants d’abord » pour sa généreuse contribution. Il a confirmé que l’argent serait transféré rapidement à l’UNICEF à Gaza et en Cisjordanie pour soutenir les classes de rattrapage : une initiative visant à donner aux élèves qui n’ont plus accès à l’enseignement traditionnel – soit parce que l’école est fermée (dans les derniers 12 mois, 300 écoles ont été endommagées et 580 fermées), ou qu’ils ont eux-mêmes dû déménager ou qu’ils ont tout perdu par les destructions – une opportunité d’assister à ces classes.

Le projet consiste à leur fournir l’équipement nécessaire (cahiers, feuilles d’exercice, manuels scolaires), une salle pour les cours (parfois un domicile particulier) et des enseignants (parfois aidés par les parents formés à cette tâche nouvelle). Ce qui importe, a expliqué M. Delmotte, « c’est d’offrir aux enfants une normalité d’enfant et l’école joue un rôle essentiel. L’UNICEF, dans cette perspective, essaye également de rendre l’école conviviale à l’enfant, bien équipée, avec un terrain de sports, des activités de loisirs… toutes choses auxquelles tous les enfants du monde ont droit ».

Communiqué de presse:
PDF PDF PDF