« Le travail en réseau au service de l’intérêt supérieur de l’enfant »

Kairouan, 23-24 décembre 2005

« Le travail en réseau au service de l’intérêt supérieur de l’enfant » tel est le thème de la manifestation organisée dans le cadre de la clôture du « mois de la protection » les 23 et 24 décembre 2005 à Kairouan par le MAFFEPA avec le soutien de l’UNICEF

Inauguré par Madame Sarra Jarraya Kamoun, Secrétaire d’Etat chargée de l’Enfance et des personnes âgées, et par Monsieur Jean-Michel Delmotte, Représentant de l’UNICEF en Tunisie, cet évènement a mobilisé comme à l’accoutumée, un grand nombre de professionnels de l’enfance: les Délégués à la protection de l’enfance, des représentants des Ministères de la Justice et des droits de l’homme, de l’Intérieur et du développement local, des affaires sociales, de la solidarité et des tunisiens à l’étranger, de l’ONFP et de l’OTEF, etc. Ces deux journées de travail ont permis d’approfondir la réflexion sur les principes de l’intervention collective dans la prise en charge d’une situation de danger vécue par un enfant. En effet, pour toute situation de danger signalée et confirmée,le délégué est appelé à requérir l’intervention d’acteurs appartenants à diverses institutions. Afin d’améliorer la concertation la coordination et le suivi de ces situations, le MAFFEPA a élaboré un premier «plan de service intégré » relatif à deux situations de danger définies dans le Code de Protection de l’enfance : la négligence et le vagabondage

Ce document se propose de fournir une démarche d’intervention harmonisée par rapport à la situation spécifique de danger et d’éclaircir les rôles de chacun dans la prise en charge et le suivi tout en mettant l’accent sur le respect de l’intérêt supérieur de l’enfant à toutes les étapes.

Cette première version a été soumise à discussions auprès des participants. A l’issue des travaux d’ateliers, des recommandations ont été formulées, citons parmi elles :

1- Harmoniser les modalités de prise en charge et le type de prestations offertes par les intervenants au niveau de toutes les régions.
2- Tenir compte de l’intérêt supérieur de l’enfant dans toute décision prise à son égard
3- Instaurer un « projet de vie » pour chaque situation traitée.
4- Associer la famille et l’enfant à toute démarche
5- Adapter « les circulaires administratives » à la législation en vigueur notamment celles issues du Ministère de l’Éducation.

Avant sa validation et son adoption, ce guide d’intervention sera testé sur le terrain. L’UNICEF fournira l’assistance technique pour accompagner les professionnels qui intègreront cette nouvelle méthodologie dans leurs pratiques et proposer des ajustements en fonction des contraintes et difficultés rencontrées

Discours d’ouverture
JEAN-MICHEL DELMOTTE
Représentant de l’UNICEF en Tunisie