Programme d’appui à la réforme de la justice (PARJ) : Projet de soutien à l’amélioration du système de la justice pour les enfants en Tunisie : Atelier de Synthèse sur les mesures alternatives à la privation de liberté des enfants en conflit avec la loi

IMG_5815

Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet de soutien à l’amélioration du système de la justice pour les enfants en Tunisie, composante du Programme d’Appui à la Réforme de la Justice (PARJ), financé par l’Union Européenne, le ministère de la justice et l’UNICEF organisent, les 17 et 18 février 2015, un atelier de synthèse sur les mesures alternatives à la privation de liberté des enfants en conflit avec la loi.

Cet atelier vient clôturer les deux précédents ateliers régionaux.

Ce régime revêt un double intérêt : d’une part, l’enfant est en liberté dans son environnement familial et social sous la surveillance et le contrôle d’un éducateur, et d’autre part, il s’agit d’une mesure éducative qui permet au magistrat de suivre l’évolution de la personnalité de l’enfant et de la prendre en compte lors du jugement.

L’atelier s’inscrit dans le cadre d’un des quatre  résultats  attendus du projet à savoir « Promouvoir et renforcer les mécanismes de la liberté surveillée & de la médiation »

La première journée du troisième atelier de concertation sur la liberté surveillée a été consacrée à l’étude des  Résultats des concertations sur la liberté surveillée,  et des recommandations formulées par les magistrats, par les délégués de la protection de l’enfance, par les conseillers, par les agents de la DGPR et par les agents de la police judiciaire.

Une discussion plénière sur les recommandations formulées lors des deux ateliers régionaux (nord et sud) a constitué la base sur lesquels les participants se baseront dans le cadre des travaux de groupes pluridisciplinaires pour approfondir les recommandations et d’enrichir les échanges.

La deuxième journée de l’atelier a été consacrée à la présentation des concepts relatifs aux mesures alternatives à la détention : la diversion et la justice restauratrice ainsi qu’à l’application de ces concepts en Tunisie dans une perspective de pratiques existantes et de pratiques envisageables.

Ont pris part à cet atelier plus de 90 participants : magistrats (juges d’enfant et juges de la famille),  des délégués de la protection de l’enfance, des conseillers, des psychologues, des agents de la garde et de la police nationale, des agents de la DGPR, représentant des ministères de la Justice, de l‘Intérieur, des Affaires Sociales et de la Femme et de la famille.

L’objectif de l’atelier est de formuler des recommandations solides émanent des acteurs de la justice juvénile afin de mettre en œuvre le corps des délégués à la liberté surveillée et de mener une action de plaidoyer auprès du Ministère concerné.

 

parj-unicef

 

 

no images were found