« Mois de la protection des enfants » 20 novembre – 20 décembre 2004

Initié en 2002, dans le cadre de la célébration de l’anniversaire de l’avènement de la convention relative aux droits de l’enfant « le mois de la protection », institué par le Ministère des affaires de la femme, de la famille, de l’enfant et des personnes âgées a pour but de promouvoir activement l’application de la Convention internationale des droits de l’enfant et du Code de protection de l’enfant, de rassembler un mouvement autour de la cause des enfants et d’offrir aux intervenants agissant en faveur des droits de l’enfant l’espace et l’opportunité de réfléchir sur les moyens de créer une « coalition » pour défendre ces droits de manière plus efficace. Une action de sensibilisation a touché le ministère de l’éducation en 2002. Le ministère de la Santé publique était le partenaire ciblé en 2003.
Le thème de cette année « pour un partenariat plus efficient pour la protection de l’enfant » a rallié le ministère des affaires sociales et de la solidarité
Objectif : élaboration d’un protocole de coopération dans la prise en charge des enfants vivant des situations difficiles à partir d’une analyse :

des mécanismes d’intervention et de la définition des rôles
des textes et des perspectives de leur renforcement et de leur actualisation
des modalités de prise en charge et de coordination

Cette manifestation qui s’est tenue à Hammamet du 20 au 22 décembre courant a réuni 150 participants de différents profils relevant des Ministères concernés
Les travaux ont été organisés en trois ateliers autour des thèmes précités. Chaque atelier a été animé par un facilitateur dont le rôle est d’aider les participants, à partir des réalités du terrain, à évaluer leurs méthodes et approches, leurs forces et leurs faiblesses et les amener à trouver les moyens d’atteindre les buts fixés. Au terme des 3 journées de discussions fructueuses, des recommandations ont été formulées en tenant compte de la diversité – de par leur structure et leurs méthodes de travail -des entités intervenant dans la protection des enfants, celles-ci constituent néanmoins une palette de compétences, d’expériences et de connaissances qui ne peuvent qu’accroître les capacités de ses membres pour une prise en charge intégrée de l’enfant à besoins spécifiques.