L’enfant, l’adolescent et le jeune tunisiens sous les feux de la rampe…

Tunis, 10 Avril 2009

Après la presse écrite, une rencontre avec les scénaristes et les producteurs des fictions télévisuelles tunisiennes est venue compléter un bilan pluridisciplinaire du secteur médias. Cette réunion s’inscrit dans le cadre de la réalisation de l’analyse de la situation des enfants, des adolescents, des jeunes et des femmes en Tunisie en préparation du nouveau Programme de Coopération entre le Gouvernement tunisien et l’UNICEF.

Un panel de scénaristes des dernières fictions ramadanesques, (Choufli Hall, Maktoub, Sayd Errim…) de réalisateurs, de cinéastes, de critiques TV, de sociologues et de spécialistes de la communication se sont réunis pour réfléchir au sens et à la portée des images et à leur impact dans la construction de clichés et de stéréotypes stigmatisant l’enfant et le jeune.

Ouvrant le débat, le Représentant de l’UNICEF, Jean–Michel Delmotte s’est dit ravi de la collaboration de l’UNICEF avec « des créatifs » d’autant que leur rôle est stratégique dans « la sensibilisation et la prise de conscience communautaire, collective et individuelle des problèmes émergents des adolescents et des jeunes de Tunisie ». Le citoyen tunisien, grâce à un développement socio-économique rapide est passé du stade « des besoins aux droits », les droits civils sont les plus difficiles à mettre en œuvre d’où la responsabilité du pays, de la famille, des professionnels de tous bords et des médias, a-t-il ajouté. Aucun problème n’est « tabou » tout est dans la manière de les aborder et l’UNICEF est disposé à faire l’interface en mettant à la disposition des professionnels audiovisuels l’expertise d’une équipe spécialisée en protection de droits de l’enfant et du jeune.

Les discussions qui ont suivies se sont basées sur l’expérience des participants et l’analyse de leurs pratiques télévisuelles pour décrypter le rapport de l’enfant et du jeune à l’image et pour réfléchir à la mise en place d’un cadre et de règles qui garantissent la construction d’une identité de l’enfant et du jeune de Tunisie plus conforme à leurs préoccupations, à leurs difficultés liées à la vie quotidienne et à leurs projets.