L’approche qualité dans le secteur de l’enfance

Sfax- 18 juin 2011
Dans le cadre de la célébration de la journée internationale de lutte contre la toxicomanie l’Association Tunisienne de Prévention de la Toxicomanie (ATUPRET) a organisé, avec l’appui de l’UNICEF, une action de sensibilisation et d’information sur la dépendance des adolescents et des jeunes aux substances volatiles et ses retombées.

Les différents exposés qui ont jalonné la matinée ont fourni des informations intéressantes quant à l’ampleur du phénomène en Tunisie et son importance en tant que problème de santé publique.

Les résultats des enquêtes qualitatives et des études longitudinales menées durant la dernière décennie ont révélé que l’addiction aux substances volatiles commence à l’âge de 12 ans, touche tous les milieux sociaux mais plus particulièrement les moins favorisés et que les élèves des classes 7ème et 9 ème années de base sont les plus exposés. Le problème se pose également dans les fabriques de colle et autres solvants industriels et pharmaceutiques qui par manque de ventilation adéquate des lieux de travail créent une dépendance chez les ouvriers et agents de laboratoires.

En Tunisie bien que la loi proscrit la vente de la colle aux enfants de moins de 18 ans, interdit l’utilisation des aromatiques dans les solvants et oblige les industriels à afficher sur la colle industrielle la mention « ne convient pas aux écoliers », des fraudes sont enregistrées et le « sniffing et le bagging » continuent à faire des ravages.

Pour combattre ces pratiques des recommandations ont été formulées par les différents spécialistes présents comme :

  • l’introduction de produits de substitution et alternatifs sans risque pour la santé
  • une plus grande implication des médias dans la sensibilisation et l’information sur ce phénomène (flashs et spots publicitaires) pour corriger les idées fausses et/ou les tabous sur les addictions
  • Un travail social de proximité plus renforcé
  • Une juridiction plus « répressive » pour les fraudeurs : s’inspirer de la loi sur la protection de la sécurité et la santé du consommateur (notamment article7) préparer un texte à structure ouverte à l’intention du ministre du Commerce pour interdire la vente aux enfants des produits solvants aux effets toxiques.