Education des filles dans le monde arabe : …peut mieux faire !

Dubai 2-5 mai 2006

Des représentants des médias arabes, des associations pour les droits de l’homme, des universitaires, des ministères de l’éducation…étaient réunis pendant 3 jours à l’initiative de l’UNICEF en partenariat avec l’UNESCO, le programme alimentaire mondial, CAWTAR, l’Institut arabe des droits de l’homme, au 2ème Forum des Médias arabes et des droits de l’enfant pour discuter des moyens et stratégies à mettre en ouvre en vue d’ éliminer les disparités entres les sexes en ce qui concerne l’éducation des filles dans les pays arabes.

En effet, même s’il se comble peu à peu, l’écart entre garçons et filles pour ce qui est de la fréquentation scolaire, reste encore considérable dans la région arabe (notamment au Yémen, au Soudan et en Egypte). Pourtant quand les filles se voient offrir un accès à l’école, elles ont moins tendance à redoubler que les garçons et elles parviennent plus fréquemment au bout de leur cursus dans le primaire comme dans le secondaire. Pour atteindre l’objectif de l’éducation primaire pour tous avant 2015, date fixée par l’ONU pour l’un des principaux Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD)- il est indispensable d’arriver à la parité des sexes. Pour cela des politiques appropriées doivent être mises en place pour s’attaquer aux contraintes liées à la pauvreté, à la discrimination, aux traditions, etc. Une révision du matériel pédagogique véhiculant des préjugés, une formation induisant des changements d’attitudes chez les enseignants et un travail soutenu devra être mené avec les parents permettraient de réaliser des progrès significatifs en matière d’accès des filles à l’école.

Au cours de cette rencontre, des exemples d’initiatives réussies ont été présentées et des témoignages d’expériences de terrain ont été rapportées – l’ambassadeur de l’UNICEF pour le monde arabe, star du cinéma Egyptien, Mahmoud Kabil a longuement parlé de sa visite à Darfour (Soudan) et dans les territoires occupés et de la détermination des filles à aller à l’école malgré la situation d’insécurité qui prévaut dans ces pays.

L’objectif principal de cette rencontre est d’exhorter les journalistes à un plaidoyer fort et actif susceptible d’atteindre toutes les couches sociales en vue d’une prise de conscience collective des enjeux majeurs en matière d’éducation des filles. Mr. Mc Dermott, Directeur régional de l’UNICEF pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord a appelé les professionnels des médias à s’engager également pour la mobilisation des décideurs pour le redressement des indicateurs en matière d’éducation des filles et de lutte contre les inégalités fondées sur le genre en plaidant pour :

une école « amies des filles » et plus sensible à la composante genre
le recrutement d’enseignants formés aux droits de l’enfant et l’identification de femmes enseignantes qui pourraient servir de modèles de rôles positifs encourageant les filles à poursuivre leurs études.
le développement de programmes et de manuels d’enseignement adaptés aux besoins d’apprentissage des filles et exempts de stéréotypes.
un accès des filles aux activités sportives au même titre que les garçons. Ceci pourrait leur permettre de se distinguer, leur donner de l’assurance et accroître leur self-estime.
Des écoles plus proches du domicile et pourvues d’installations sanitaires de base et de toilettes séparées
Une protection contre les violences sexuelles à l’égard des filles.
Les représentants des médias tels que Al Jazira, MBC , BBC, Al Arabya, INTV, Maroc TV, Radio Nationale algérienne ainsi que de nombreux quotidiens de l’ensemble des pays participants à ce Forum (Liban, Yémen, Soudan, Maroc, Algérie, Egypte, Palestine, Oman, Jordanie, Irak, Emirats Arabes Unis, Syrie, Tunisie) se sont engagés à faire de cet objectif une de leurs priorités. Chaque pays a présenté un plan d’action dans lequel ont été inscrites des activités allant de la rédaction d’articles et de réalisations de reportages à la production de documentaires, etc. qui pourraient indubitablement contribuer à se rapprocher d’une participation égale des sexes aux différents niveaux d’éducation mais aussi des changements plus profonds touchant beaucoup d’autres secteurs et domaines de la vie et du travail. Un expert a été désigné pour soutenir ce projet et assurer le suivi des activités planifiées.

Mounira Ben Amor
Programme Asst.
UNICEF-Tunis