Actualités

Les professionnels des médias et des membres de la société civile se mobilisent dans la lutte contre la violence faite aux enfants au sein de la famille.

En Tunisie, la protection des enfants reste, malgré les progrès sur le plan législatif interdisant notamment la violence à l’encontre des enfants, un domaine d’intervention prioritaire. En effet, certains problèmes persistent tels que l’absence d’application effective des lois et le maintien de pratiques non respectueuses de l’intégrité physique et morale des enfants. Les filles et les garçons sont encore victimes de violences exercées par les parents. Ces pratiques se fondent  essentiellement sur les normes sociales source de stéréotypes et d’attitudes socioculturelles banalisant la violence.

Afin de lutter contre ce phénomène, la Tunisie a lancé depuis 2015 un processus d’élaboration d’une stratégie nationale de communication pour la lutte contre les violences faites aux enfants au sein de la famille. Cette stratégie est le fruit d’une réflexion intersectorielle et est portée par des partenaires gouvernementaux et de la société civile au service de l’enfance et dirigée par le ministère de la femme, famille, enfance ( MFFE). Sa mise en œuvre se fera, dans une première étape,  dans 5 régions pilotes à savoir Kasserine, Sidi Bouzid, Kairouan, Siliana et Jendouba et vise l’accès des familles, de la société civile, des médias et les intervenants de tous les secteurs travaillant pour et avec les enfants, aux informations leur permettant de contribuer à la protection des enfants contre la violence, notamment basée sur le genre.

Le choix de ces 5 régions s’est fondé sur un ciblage géographique avec l’intégration et la convergence des différentes interventions sectorielles dans les gouvernorats dont les indicateurs sociaux combinés sont les plus préoccupants. En termes de ciblage, une attention systématique est également accordée aux enfants handicapés ainsi qu’à des catégories vulnérables d’enfants et d’adolescents, filles et garçons.

 

Dans ce cadre, le MFFE a organisé à Hammamet ,du 23 au 25 octobre 2018 ,avec l’appui de l’Unicef, un atelier pour la consolidation du rôle des professionnels des médias et des membres de la société civile dans la lutte contre ce phénomène au niveau des 5 plateformes régionales concernées

 

Ont pris part à cet atelier 65 participants parmi les représentants de médias nationaux, régionaux et locaux publics et privés (TV Radio, presse écrite, médias électroniques, communautaires …), d’ONG locales et régionales et du réseau national des associations, les chefs de fil et coordinateurs des plateformes régionales et l’équipe de design de l’identité visuelle de la stratégie. Les participants ont interagi et partagé leurs expériences avec la modération des personnes ressources des domaines des médias (nationale et régionale) et de la société civile et des membres du comité technique multisectoriel de la   stratégie.  

 

L’atelier avait pour objectif principal l’information des participants sur l’ampleur du phénomène, et les mesures prises pour le contrecarrer. Il a également permis une analyse de la pratique de chaque partie et la  réflexion sur  le rôle de chacun dans le renforcement des plateformes et le travail en réseau aussi bien à l’échelle régionale qu’interrégionale. Notons  qu’une  convention de partenariat entre une association locale à Kasserine et une radio régionale à Kairouan qui couvre entre autres la zone de Kasserine, a été signée pour la promotion d’une culture non violente. Cette convention permettra également d’assurer le renforcement du débat social à travers l’implication des communautés et la couverture des activités de communication pour le développement inscrites dans les plans d’intervention régionaux de mise en œuvre de la stratégie.  

 (photo de la signature de la convention)

Les équipes des plateformes régionales ont été renforcées par des acteurs influents qui ont manifesté leur engagement à s’investir davantage dans la lutte contre la violence faite aux enfants d’une manière générale et dans le soutien à l’action des membres des plateformes en particulier.

Le ministère continuera, avec l’appui de l’UNICEF, à assurer le suivi et l’accompagnement technique des équipes régionales pour que la synergie développée ne s’essouffle pas.