Communiqués de presse

Pauvreté, analphabétisme et décès prématurés : selon l’UNICEF, c’est ce qui attend les enfants les plus défavorisés de la planète

NEW YORK, 28 juin 2016 – Selon les tendances actuelles, 69 millions d’enfants mourront principalement de causes évitables, 167 millions d’enfants vivront dans la pauvreté et 750 millions de femmes seront mariées pendant leur enfance d’ici 2030, date limite pour les Objectifs de développement durable, et ce à moins que le monde entier ne se préoccupe davantage du sort  des enfants les plus défavorisés, explique un rapport de l’UNICEF publié aujourd’hui.

La situation des enfants dans le monde, le principal rapport annuel de l’UNICEF, présente un sombre tableau de ce qui attend les enfants les plus pauvres du monde si les gouvernements, les bailleurs de fond, les entreprises et les organisations internationales n’accélèrent pas leurs efforts pour répondre à leurs besoins.

« Refuser à des centaines de millions d’enfants l’égalité des chances menace plus que leur avenir : alimenter les cycles intergénérationnels de désavantage met en danger l’avenir de leurs sociétés », a affirmé le Directeur général de l’UNICEF, Anthony Lake. « Nous avons un choix à faire : investir dans ces enfants dès à présent ou laisser notre planète devenir plus inégalitaire et plus divisée. »

Le rapport note d’importants progrès en ce qui concerne la survie des enfants, l’éducation et la lutte contre la pauvreté. Au niveau mondial, les taux de mortalité chez les enfants de moins de cinq ans ont été réduits de plus de moitié depuis 1990, les garçons et les filles fréquentent l’école primaire en nombre égal dans 129 pays et le nombre de personnes vivant dans l’extrême pauvreté a été réduit de moitié comparé aux années 90.

Mais ces progrès n’ont été ni égaux ni équitables. Les enfants les plus pauvres ont deux fois plus de chances que les enfants les plus aisés de mourir avant l’âge de cinq ans et de souffrir de sous-alimentation chronique. Dans une grande partie de l’Asie du Sud et de l’Afrique subsaharienne, les enfants dont la mère n’a pas été scolarisée ont une probabilité trois fois plus élevée de mourir avant l’âge de cinq ans que ceux dont la mère a reçu une instruction de niveau secondaire. De plus, les filles issues des foyers les plus pauvres ont une probabilité deux fois et demie plus élevée de se marier pendant leur enfance que celles issues des foyers les plus aisés.

C’est en Afrique subsaharienne que les perspectives sont les plus préoccupantes : au moins 247 millions d’enfants – soit deux sur trois – vivent dans la pauvreté multidimensionnelle, privés de ce dont ils ont besoin pour survivre et se développer. C’est aussi dans cette région que près de 60 % des jeunes âgés de vingt à vingt-quatre ans, issus du quintile le plus pauvre de la population ont moins de quatre années de scolarité. Si les tendances actuelles se maintiennent, le rapport prévoit que d’ici 2030, l’Afrique subsaharienne représentera :

  • Près de la moitié des 69 millions d’enfants qui mourront avant leur cinquième anniversaire, principalement de causes évitables ;
  • Plus de la moitié des 60 millions d’enfants en âge de fréquenter l’école primaire qui ne seront toujours pas scolarisés ;
  • Neuf sur dix des enfants vivant dans l’extrême pauvreté.

Bien que l’éducation joue un rôle unique pour donner des chances égales aux enfants, le nombre d’enfants qui ne sont pas scolarisés a augmenté depuis 2011 et une part importante de ceux qui fréquentent l’école n’y apprennent rien. Aujourd’hui, environ 124 millions d’enfants ne fréquentent pas l’école primaire ni le premier cycle de l’enseignement secondaire. Près de deux enfants sur cinq ayant terminé l’école primaire n’ont appris ni à lire, ni à écrire, ni à faire de simples opérations arithmétiques.

Le rapport met aussi en évidence qu’investir dans les enfants les plus vulnérables peut être bénéfique, dans l’immédiat et à long terme. Les allocations en espèces, par exemple, se sont avérées utiles pour aider les enfants à rester à l’école pendant plus longtemps et à progresser vers des niveaux de scolarité plus élevés. En moyenne, chaque année supplémentaire de scolarité que reçoit un enfant augmente ses revenus d’environ 10 % à l’âge adulte. En moyenne, pour chaque année de scolarité supplémentaire effectuée par les jeunes adultes d’un pays, les taux de pauvreté de ce pays baissent de 9 %.

L’inégalité n’est ni inévitable ni insurmontable, avance le rapport. Les mesures suivantes peuvent contribuer à donner des chances égales aux enfants : avoir de meilleures données sur les enfants les plus vulnérables, trouver des solutions intégrées pour répondre aux difficultés des enfants, développer des façons innovantes de remédier aux problèmes, effectuer des investissements plus équitables et impliquer davantage les communautés.

# # #

À propos de l’UNICEF
L’UNICEF promeut les droits et le bien-être de chaque enfant, dans tout ce que nous faisons. Nous travaillons dans 190 pays et territoires du monde entier avec nos partenaires pour faire de cet engagement une réalité, avec un effort particulier pour atteindre les enfants les plus vulnérables et marginalisés, dans l’intérêt de tous les enfants, où qu’ils soient. Pour en savoir plus sur l’UNICEF et son action, veuillez consulter le site www.unicef.org/french. Suivez-nous sur Twitter et Facebook

Pour plus d’informations, merci de contacter :

Marixie Mercado, UNICEF New York, +1917 213 5188, mmercado@unicef.org

Najwa Mekki, UNICEF New York, +1917 209 1804, nmekki@unicef.org

 

SOWC press release FINAL_FRENCH (3)