Publications

Actualités

Conférence-débat sur les droits de l’enfant en Tunisie à l’occasion de la célébration de la Journée
Tunis, 14 novembre 2018- La communauté internationale s’apprête à célébrer, le 20 novembre 2018, la Journée mondiale de l’enfance qui marque le 29ème anniversaire de l’adoption de la Convention relative aux droits de l’enfant. Dans ce cadre, le ministère de la femme, de la famille, de l’enfance et des seniors et l’UNICEF ont organisé aujourd’hui, avec l’appui de l’ambassade d’Autriche, une conférence -débat sur «l’effectivité des droits de l’enfant et de l’adolescent en Tunisie : un défi à relever » avec la participation de Mme Renate Winter, Présidente du Comité des droits de l’enfant actuellement en visite en Tunisie et d’autres acteurs nationaux concernés par l’enfance.   L’objectif de cette rencontre est de favoriser les échanges entre les différents participants sur la situation des enfants et des adolescents en Tunisie et de mettre en lumière les progrès accomplis dans la réalisation des droits de chaque enfant, fille et garçons. Environ 70 participants entre professionnels de l’enfance, représentants de la société civile et des médias ainsi qu’acteurs de développement ont pris part à cet événement et ont participé à un échange riche et franc sur la situation des droits des enfants dans le monde et surtout en Tunisie, sur  les principaux défis et sur le rôle que les différents acteurs peuvent jouer pour garantir une meilleure protection de l’enfant et de ses droits. L’assistance a bénéficié de la présence de Mme Renate Winter pour connaitre le rôle du Comité des droits de l’enfant et les bonnes pratiques à travers le monde L’échange a permis également de discuter sur les défis et d’identifier les actions et les voies par lesquelles tous les acteurs notamment la société civile et les médias pourraient plus efficacement et effectivement contribuer à la réalisation des droits de chaque enfant et adolescent, fille et garçon. Communiqué de Presse Retombées : Reportage sur le journal de 20h https://youtu.be/4MU_mqponEM Ministère de la femme, famille, enfance et seniors  La Presse  TN 24 Web Manager Center  Tap Infos
Plan stratégique de l’UNICEF 2018 – 2021
Le résumé du Plan stratégique de l’UNICEF 2018-2021 présente les principaux objectifs et activités de l’organisation et les résultats qu’elle compte obtenir en faveur des enfants, en collaboration avec ses partenaires sur les quatre prochaines années. Ce document détaille également les stratégies de changement et les facteurs organisationnels qui lui permettront d’obtenir ces résultats, en vue d’atteindre les objectifs de développement durable à l’horizon 2030.
Plan stratégique de l'UNICEF 2018 - 2021
Etat des lieux des organisations de la société civile œuvrant dans le domaine de l’enfance en Tunisie
Au niveau international, la société civile et particulièrement le secteur associatif a confirmé son rôle incontournable de partenaire du développement humain durable. Les organisations de la société civile (OSC) ont été à l’origine de plusieurs acquis dont bénéficie aujourd’hui l’humanité (la convention sur les droits de l’enfant, le traité d’Ottawa sur l’interdiction des mines, l’entrée en vigueur de la Cour pénale internationale, notamment…). Le mandat de l’UNICEF fondé sur la promotion des droits de l’enfant et le plaidoyer pour une meilleure mise en œuvre de la Convention des Droits de l’Enfant ne peut se réaliser pleinement qu’en partenariat avec les différents acteurs nationaux (publics, privés, société civile) et internationaux. S’appuyant sur cette orientation stratégique, l’UNICEF Tunisie a fait du partenariat avec la société civile l’une des priorités de son actuel programme de coopération avec le gouvernement tunisien pour le cycle (2015 -2019) en y soulignant que « le gouvernement et l’UNICEF accorderont une place privilégiée à la consolidation du partenariat entre les différents acteurs du secteur public, privé, de la société civile et des organisations internationales en vue de promouvoir les droits de tous les enfants en Tunisie…». Dans ce contexte, l’UNICEF Tunisie a mené une consultation visant à établir « un inventaire analytique » des associations opérant dans le domaine de l’enfance en vue de disposer d’informations précises sur ces associations en termes de structure, de fonction, de forces et de limites dans le but de faciliter la mise en place de partenariats stratégiques, efficaces et durables avec la société civile orientés vers la promotion, la défense et la protection des droits de l’enfant, l’équité sociale et le genre, la lutte contre les disparités régionales et la promotion de la protection sociale. Livret version finale
Rapport national sur les enfants non scolarisés
Préface La réaffirmation forte, dans la nouvelle constitution tunisienne, du droit des jeunes à l’éducation et du devoir de l’Etat de tout faire pour assurer les conditions du développement de leurs capacités, impose à tous les intervenants, nationaux et internationaux, dans le secteur de l’éducation en Tunisie de cerner et de surmonter l’ensemble des difficultés empêchant que tous les enfants de 6 à 16 ans puissent être scolarisés. Or, la Tunisie actuelle, en transition vers la démocratie, ne peut que parler le langage de l’objectivité et de la transparence. Elle ne peut que reconnaître que si elle est arrivée à scolariser à l’école Primaire 99% des enfants de 6 à 11 ans, elle n’a pas réussi, et cela depuis plus de dix ans, à maintenir au Collège et au Lycée plus de 74-75% des enfants de 12 à 18 ans. Le ministère de l’Education a saisi l’opportunité offerte par l’Initiative mondiale en faveur des enfants non scolarisés (OOSCI), lancée par l’UNICEF et l’Institut de statistique de l’UNESCO, de soutenir la réalisation d’une étude sur les enfants non scolarisés afin d’approfondir l’analyse de ce phénomène, de mieux connaître les profils des enfants non scolarisés grâce à une méthode novatrice, d’établir des liens entre ces profils et les causes responsables de l’exclusion. Le but étant de disposer d’éléments pertinents pour élaborer et mettre en œuvre des politiques efficaces de lutte contre l’exclusion scolaire dans une perspective multisectorielle. Dans cette perspective, l’étude OOSCI, objet du présent rapport, arrive à temps et revêt un intérêt indéniable à un moment où la Tunisie passe par une transition démocratique, avec à l’horizon, une réforme du système éducatif qui sera d’une importance particulière, parce que les transformations qu’elle aura à mettre en œuvre devront combiner de façon harmonieuse EQUITÉ et QUALITÉ. C’est là, sans nul doute, un défi de taille que l’étude OOSCI, à travers ses analyses quantitatives et qualitatives fines et ciblées, pourrait aider à surmonter pour le bien de tous les enfants tunisiens sans exception ni discrimination aucune. Le rapport OOSCI constitue une référence, scientifiquement fondée, qui met à la disposition des acteurs éducatifs tunisiens une base de connaissances et une approche cohérente sur l’exclusion scolaire. Il est aussi un document technique prospectif aidant à mettre en place une plateforme commune et à orienter le débat autour du champ de l’éducation en Tunisie. Il est enfin un outil technique au service d’une éducation inclusive équitable. A cet égard, il affirme la nécessité de positionner le phénomène de déscolarisation des enfants dans le cadre d’une approche globale articulant des variables multiples et cherchant à identifier les goulets d’étranglement, de mettre le doigt sur leurs causes directes, sous-jacentes et structurelles et de placer la vulnérabilité sociale et économique au centre des politiques de développement du champ éducatif en particulier et social en général. L’étude étant maintenant disponible, il reste aux acteurs tunisiens intervenant dans le champ éducatif à se l’approprier et à en disséminer les résultats le plus largement possible. Des journées de présentation de l’étude et de débat devraient être organisées au sein de tous les départements concernés et de toutes les régions du pays. Après avoir coopéré pour réaliser l’étude OOSCI, le ME et l’UNICEF sont prêts, là encore, à collaborer pour en réussir la dissémination et surtout mettre en place une stratégie de lutte contre l’abandon scolaire, en collaboration avec tous les acteurs. Féthi Jarray Ministre de l’éducation Maria Luisa Fornara Représentante de l’UNICEF en Tunisie [wpdm_package id='3396'] [wpdm_package id='3398']
Programme de Coopération Gouvernement Tunisien-UNICEF 2015-2019
Le nouveau Plan d’Action du Programme de Pays, le 7ème, entre le Gouvernement tunisien et le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF) couvre la période 20015-2019. Ce programme de coopération a été bâti sur la base d’une analyse de la situation des enfants en Tunisie et des leçons apprises des coopérations précédentes. Il tient pleinement compte, des priorités et des défis majeurs  du pays. Il s’inscrit également dans le Plan Cadre des Nations Unies pour l’Aide au Développement (UNDAF). Il  s’articule autour de 3 principaux axes : l’appui aux politiques sociales et de santé, à la réforme du système éducatif et à la protection de l’enfance. L’UNICEF cible à travers son programme à appuyer la Tunisie à réduire les disparités régionales et les inéquités sociales et à améliorer la qualité des services prodigués à la mère et l’enfant. CPAP - Tunisie UNICEF - 2015-2019 - vf 10-10-2014
LA LÉGISLATION EN MATIÈRE DE PROTECTION SOCIALE DE L’ENFANCE
Les droits de l’enfant sur ses parents et sur l’Etat sont la garantie de la dignité, de la santé, des soins, de l’éducation et de l’enseignement. L’Etat se doit de fournir toutes les formes de protection à tous les enfants sans discriminations et selon les intérêts supérieurs de l’enfant. [wpdm_package id='3320']
ANALYSE DE LA PAUVRETE INFANTILE EN TUNISIE
En ratifiant la Convention relative aux Droits de l’Enfant en 1992, le Gouvernement tunisien s’est engagé à promouvoir et à protéger leurs droits. La Tunisie a fait des réalisations substantielles touchant à la situation de l’enfance et des progrès ont été enregistrés au niveau de plusieurs indicateurs relatifs aux Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) tels que celui de la réduction de l’extrême pauvreté, de la réalisation de l’éducation primaire universelle et de l’égalité des sexes. Ce succès est attribuable en grande partie aux réformes engagées par le pays dans les différents domaines économiques et sociaux. Les résultats de différentes analyses montrent que le bien-être des enfants demeure une préoccupation majeure de l’Etat tunisien. Toutefois et malgré ces succès, de nombreux défis subsistent tant en termes de disparités entre les régions, les zones rurales et urbaines qu’en termes de niveaux de revenus et de richesse ainsi que par rapport à l’accès et à la qualité des services. Les enfants et les jeunes de moins de 18 ans représentent un tiers de la population totale tunisienne et nombreux sont ceux qui vivent dans un état de pauvreté et des conditions difficiles qui les privent de jouir d’un ou de plusieurs de leurs droits. Dans chaque région, les disparités inter-régionales des niveaux de privation des enfants sont remarquablement prononcées, en particulier dans les délégations relevant des gouvernorats de Kairouan, Kasserine et Siliana. Sur les disparités de richesse, il semble qu’il y ait une corrélation entre la pauvreté de revenu chez les enfants et les aspects tels que la taille des ménages, le sexe et le niveau d’instruction du chef de ménage, la localisation géographique (urbain/rural) et le lieu de résidence. Bien que la privation subie par les enfants dans les zones rurales soit plus sévère que celle de ceux qui vivent dans les zones urbaines, il y a une croissance importante de la pauvreté en milieu urbain. L’analyse N-MODA, présentée dans cet ouvrage, a pu mettre en relief ces corrélations. Elle a permis en effet de déterminer des profils de pauvreté sur la base d’indicateurs de privation multiple. N-MODA est une analyse adaptée au contexte tunisien, qui suit une méthodologie développée par l’équipe de l’UNICEF basée à l’Innocenti Research Centre (IRC) de Florence. Pour avancer sur une compréhension de la nature multidimensionnelle de la pauvreté des enfants en Tunisie, cette étude a été menée sous la direction du Ministère du Développement et de la Coopération Internationale (MDCI) avec l’appui technique et financier de l’UNICEF. Le processus de sa réalisation a impliqué plusieurs séries de consultations et de discussions avec des chercheurs et d’autres intervenants avant d’atteindre son achèvement. L’analyse a permis de faire un état des lieux nécessaire à l’observation et à une meilleure compréhension des caractéristiques de la pauvreté infantile en Tunisie et la façon dont cette dernière influe sur le bien-être des enfants. L’analyse, qui se base sur les données de l’enquête MICS4 de 2012*, est organisée en trois parties : i) l’analyse de la situation économique et sociale actuelle en Tunisie et les stratégies nationales mises en œuvre par le gouvernement; ii) la description du niveau de pauvreté des enfants et iii) les vulnérabilités et les privations auxquelles ils doivent faire face. Les objectifs de cette étude sont les suivants : • mettre en lumière les réalités économiques et sociales des enfants ; • identifier les contraintes et les privations auxquelles les enfants font face; • mesurer les disparités en mettant en exergue les manques existants dans le domaine de l’accès et du traitement des données statistiques; • travailler de manière concertée et coordonnée sur les politiques et stratégies à mettre en œuvre en faveur des droits et de la survie des enfants. Nous sommes convaincus que les données et aperçus présentés dans cet ouvrage contribueront à mieux appréhender la nature des inégalités qui entravent le progrès de la Tunisie sur les OMD, notamment sur la question complexe de la pauvreté des enfants et de la privation. Nous espérons également que les résultats de cette étude contribueront à dégager des orientations politiques, stratégiques et programmatiques qui visent l’équité et spécifiquement la réduction de la pauvreté de l’enfant en insistant sur son caractère multidimensionnel. Analyse de la pauvreté
MISE EN PLACE D’UN MÉCANISME INDÉPENDANT DE SUIVI DES DROITS DE L’ENFANT EN TUNISIE
CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LA MISE EN PLACE D’UN MECANISME INDEPENDANT DE SUIVI DES DROITS DE L’ENFANT Le Ministère des Affaires de la Femme et de la Famille (MAFF) et l’UNICEF, ont organisé, les 28 et 29 Septembre 2012 à Tunis, une conférence pour débattre et échanger des modalités les plus appropriées au contexte tunisien pour la mise en place d’un mécanisme indépendant de suivi des droits de l’enfant. L’objectif général de la conférence est de sensibiliser tous les partenaires ainsi que les parties prenantes à tous les niveaux sur l’importance de la mise en œuvre effective des droits de l’enfant en Tunisie et de les amener à s’engager et à agir efficacement en faveur de la création d’une institution indépendante de suivi des droits de l’enfant en Tunisie, conforme aux principes concernant le statut des institutions nationales pour la promotion et la protection des droits de l'homme (« Principes de Paris », Résolution 48/134 de l'Assemblée générale des Nations Unies). http://www.unicef.org.tn/archives/2012/conference-internationale-mise-en-place-dun-mecanisme-independant-suivi-droits-lenfant-en-tunisie/     [wpdm_package id='3145']
situation-enfant_dans_le_monde_2014
La situation des enfants dans le monde 2014 en chiffre
Trente ans se sont écoulés depuis que La Situation des enfants dans le monde a commencé à publier des tableaux de statistiques nationales et mondiales normalisés visant à fournir une image détaillée de la situation des enfants.Depuis la présentation des premiers indicateurs du bien-être des enfants, beaucoup de choses ont changé. Cependant, le principe directeur reste le même : des données crédibles sur la situation des enfants sont essentielles à l’amélioration de leurs conditions de vie – et indispensables à la réalisation des droits de chaque enfant.Les données continuent d’appuyer les activités de plaidoyer et l’action en faveur des 2,2 milliards d’enfants de la planète, en fournissant aux gouvernements des informations concrètes sur lesquelles ils fondent leurs décisions et leurs actions visant à améliorer la vie des enfants. De nouvelles méthodes de collecte et d’utilisation des données permettront en outre de cibler les investissements et les interventions afin d’atteindre les enfants les plus vulnérables.Les données, à elles seules, ne changent pas le monde. Mais elles rendent les changements possibles en identifiant les besoins, en appuyant les activités de plaidoyer et en mesurant les progrès. Le plus important est que les décideurs utilisent les données pour apporter un changement positif et que ces données permettent aux enfants et aux communautés de demander des comptes aux responsables.
[download id="2089"]
Rapport de l’étude MICS4
Le Ministère du Développement et de la Coopération Internationale, l’Institut National de la Statique et le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF) ont lancé, le 16 décembre 2013, le rapport final de l’enquête nationale par grappes à indicateurs multiples (MICS4). Cette enquête, la première de son genre après la révolution tunisienne, a été conduite selon les standards de qualité internationaux et avec une large implication des différents intervenants dans les domaines se rapportant à la situation de la mère et de l’enfant. Elle et a bénéficié d’une contribution financière de l’UNFPA et du Bureau de la Coopération Suisse en Tunisie. L’ouverture de cet événement a été assurée par le Ministre du Développement et de la Coopération internationale, la Ministre des Affaires de la Femme et de la Famille, ministère chargé de l’enfance, et la Représentante de l’UNICEF. Ont participé à cette rencontre plus de 180 personnes: représentants des institutions gouvernementales, de la société civile, des universités, des agences du Système des Nations Unies et des médias qui ont assuré une large couverture au lancement de cette étude et à ses principaux résultats.   Communiqué de Presse Allocution de Mme Maria-Luisa Fornara Représentante de l'UNICEF en Tunisie La Représentante de l'UNICEF sur les ondes de Radio Tunis chaîne internationale (RTCI) : Lancement de la MICS IV Interview sur Radio Tunis Rapport de l'étude MICS4 (version en Français) Rapport de l'étude MICS4 (version en arabe)